article image

Résultats de la réunion du groupe de sécurité (12 février)

Aujourd'hui, les négociateurs du groupe de sécurité ont continué à discuter des propositions des parties avec les coordonnées des sites potentiels et le projet de supplément à l’Accord-cadre , qui est nécessaire pour la mise en œuvre de la séparation des forces et des actifs.

«Le travail visant à convenir de nouvelles sections, ainsi que des ajouts à  l’Accord-cadre, se poursuivent de manière assez intensive. À la veille de la réunion, la partie ukrainienne a apporté des ajustements provocateurs aux coordonnées précédemment désignées des secteurs, ce qui a considérablement compliqué le processus d'approbation.

À ce jour, un site dans la région du poste de controle «Octobre – Gnutovo » au sud de notre République fait l'objet de discussions actives et approfondies, mais il est trop tôt pour parler de l'accord des parties sur ses coordonnées.

Nous, ainsi que des représentants de la Mission de l'OSCE et de la Fédération de Russie, comprenons clairement l'importance et la nécessité de se multiplier tout au long de la ligne de contact entre les parties et nous visons à intensifier la coordination des trois sections suivantes. Seule une telle approche sauvera la vie et la santé des civils, par conséquent, tous les efforts possibles sont déployés pour accélérer le processus de coordination: nous avons proposé de continuer à travailler à distance entre les réunions à Minsk», - a expliqué Natalya Nikonorova.

Rappelons que pour résoudre les aspects importants qui ont été laissés sans attention lors de la séparation ultérieure, il est extrêmement important de coordonner et de parapher l’Amendement a l’Accord-cadre. Aujourd'hui, la partie ukrainienne a de nouveau retardé la discussion sur la question des nouvelles sections, raison pour laquelle les négociateurs n'ont pas eu suffisamment de temps pour procéder à l'élaboration du supplément.