Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

RÉSULTATS DE LA RÉUNION DU GROUPE DE SÉCURITÉ (11 novembre)

11 Novembre 2020
article image

Aujourd'hui, dans le cadre de la discussion des résultats de la réunion du groupe de sécurité, les participants du Groupe de contact ont entendu un rapport du coordonnateur, l'Ambassadeur Cevik, et se sont concentrés sur l'impasse qui s'est développée avec la mise en œuvre des mesures visant à renforcer le régime de cessez-le-feu.
«Notre proposition reste la même - convenir d'un paquet de mesures mis à jour dès que possible afin qu'il commence à fonctionner efficacement, car à notre avis, la partie ukrainienne a complètement désavoué le document précédemment signé, refusant de s'entendre sur la compréhension de« l'interaction au sein de la CCCC existante ».
Il est indispensable, pour un travail à part entière, de clarifier la fonctionnalité du mécanisme de coordination et de signer l'accord modifié le plus rapidement possible.
Depuis le 27 juillet, plus de 500 munitions ont été tirées sur notre territoire, sans compter l’utilisation d’armes légères, dont la moitié - 254 - au cours des deux dernières semaines seulement.
De plus, trois militaires sont morts dans notre pays, et l'un d'eux - Andrey Pankin - le commandant du bataillon qui a tenté de sauver son soldat, blessé par les tirs de mortier de FAU. Le commandant de bataillon a été tué par un tireur d'élite ukrainien, ce qui contredit catégoriquement à la fois la logique du cessez-le-feu inconditionnel et indéfini actuel et les normes humanitaires internationalement reconnues.
Si nous résumons brièvement l'état actuel des choses sur la voie de la sécurité sur toutes les questions à l'ordre du jour, y compris le désengagement et l'action contre les mines, alors nous pouvons déclarer que, sur la base de la position et des propositions de l'Ukraine sur la Carte de route, nous devons miner, et non déminer, notre frontière, puisque l'Ukraine est déterminée. résoudre le conflit par la force. Il s’agit du pire des scénarios pour résoudre un conflit armé, qui est loin d’être un règlement politique pacifique. Mais aujourd'hui, la partie ukrainienne a reconnu la nécessité d'aligner ses projets sur les accords de Minsk et nous attendons toujours d'eux qu'ils tiennent leur promesse », a déclaré Natalia Nikonorova à propos de la situation des négociations.