Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

RÉSULTATS DE LA RÉUNION DU GROUPE DE SÉCURITÉ (8 AVRIL)

08 Avril 2020
article image

Aujourd'hui, à la réunion du Groupe de contact sur les questions de sécurité, aucun progrès n'a malheureusement été réalisé sur aucun point de l'ordre du jour. 
Ainsi, en ce qui concerne la question de l'accord sur de nouveaux sites de retrait de troupes, le Plénipotentiaire Natalya Nikonorova a rappelé aux personnes présentes qu'à ce jour, le DPR a soumis un total de 5 propositions soigneusement preparees qui tiennent compte de toutes les exigences de l’Accord-cadre.
«En fait, il existe actuellement une réelle opportunité de se mettre d'accord et de passer enfin à l'approbation du calendrier de retrait  sur quatre sites proposés par les Républiques et ne suscitant pas d'objections de la part de l'Ukraine. Nous sommes prêts pour toute date de début de retrait. Cependant, au lieu d'un travail productif, la partie ukrainienne préfère promouvoir, proposant de reporter la coordination et de tenir une autre réunion du Groupe de profil ce vendredi 10 avril à 23h00 sans soumettre à l'avance leurs positions. En raison de l'inexpérience évidente, cette proposition n'a pas été soutenue par d'autres participants », - a déclaré Natalya Nikonorova  à propos de la situation avec la coordination de nouveaux sites de retrait. 
Le Représentant Plénipotentiaire du DPR a noté que la République avait depuis longtemps envoyé son projet de supplément à l’Accord-cadre  sur le retrait des troupes, ainsi que des propositions pour le projet de la Fédération de Russie. 
«Nous étions prêts le 6 avril, dans le cadre des travaux du groupe de sécurité, à discuter point par point des projets, à plaider pour nos amendements, en tenant compte des principaux buts et objectifs de cette annexe.
Un autre  point principal de sécurité  a été l'accord du texte de la déclaration du Groupe de contact à l'appui du cessez-le-feu perpétuel en vigueur le 21 juillet 2019, y compris des mesures supplémentaires pour le renforcer et le contrôler. 
«Nous devons suivre la voie du progrès, c'est-à-dire non pas supprimer, comme le fait la partie ukrainienne, les mesures précédemment convenues, mais plutôt compléter, améliorer le Complexe des mesures qui, comme la pratique l'a montré, doivent être adoptées et signées par les parties pour être efficaces. À notre avis, si la partie ukrainienne refuse même les mesures précédemment convenues, elle démontre ainsi sa réticence à suivre la voie de la paix et refuse les mesures qui sont requises pour assurer le contrôle du cessez-le-feu. Dans le même temps, je me souviens que nous avons soutenu l'initiative de M. Ermak lors de la réunion du Groupe de contact à Minsk le 11 mars visant à introduire des mesures pour établir des communications téléphoniques directes, si nécessaire, pour mettre immédiatement fin aux violations du cessez-le-feu. Il s'agit, à notre avis, d'une mesure vraiment importante et efficace pour le contrôle opérationnel du silence.  Par conséquent, nous avons été surpris lorsque nous avons vu les modifications de la partie ukrainienne du texte de la déclaration du Groupe de contact, où elle a supprimé cette mesure. Et il est catégoriquement inacceptable pour nous de rayer des mesures essentielles convenues précédemment, telles que «la non-utilisation de tout type de feu, y compris des tirs de tireurs d'élite», «l'interdiction des opérations offensives et des opérations de reconnaissance et de sabotage», «la publication et le respect des ordres de cessez-le-feu pertinents, qui devraient être pris déclarations publiques du haut commandement des parties », a expliqué le Plénipotentiaire, en approuvant la déclaration du groupe de contact.