Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Ministre des affaires étrangères de DPR: le coût de la russophobie en Ukraine est le Donbass séparé et la santé de millions d'uk

11 Février 2021
article image

Il ne se passe pas un jour sans les déclarations médiatiques des représentants de l'Ukraine, dans lesquelles ils font preuve d'un niveau d'hypocrisie et de cynisme de plus en plus choquant à l'égard des habitants du Donbass.

Ainsi, après 7 ans de bombardements de la République, de blocus humanitaire, économique, des transports et de violation des droits et libertés, les autorités ukrainiennes ont soudainement décidé de prendre soin de la santé de nos habitants. Et, apparemment, c'est dans le cadre de cette inquiétude que le ministre de la «réintégration» du Donbass parle aux médias du «génocide médical» de la République, en annonçant des chiffres qui ne correspondent guère à la réalité.

Néanmoins, il est naïf de supposer que quelqu'un des autorités ukrainiennes s'intéresse à l'état réel des choses. Ainsi que la situation de ses propres résidents, qui sont maintenant officiellement interdits par le Cabinet des ministres de l'Ukraine d'accéder au vaccin russe mondialement reconnu et approuvé par la communaute internationale uniquement en raison de la politique de discrimination contre tout ce qui est russe.

Dans une telle situation, pas M. Reznikov, mais nous avons juste raison de s’inquieter sur la situation avec la propagation du coronavirus et le système de santé en Ukraine en général. À propos, cet etat aurait une réelle opportunité d'aider ses propres citoyens en fournissant un vaccin russe efficace et sûr. Mais au contraire, les autorités ukrainiennes préfèrent continuer la politisation absurde de la sphère humanitaire et la politique de russophobie. Le prix de telles décisions n'est pas seulement le Donbass sécession, qui ne veut plus faire partie de cet etat, mais la vie et la santé de millions d'Ukrainiens. Par conséquent, nous recommandons vivement aux responsables ukrainiens, avant de lancer un langage fort et des données non vérifiées sur la situation au Donbass, de commencer par évaluer raisonnablement les conséquences de leurs propres décisions de gestion en Ukraine.