Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Ministre des affaires étrangères de la DPR: le refus de l'Ukraine d’avoir le dialogue avec les Républiques n'est une voie nulle

02 Juin 2020
article image

Lors de la visite à Berlin, les délégués ukrainiens ont à nouveau rempli l'espace médiatique de déclarations qui sont non seulement extrêmement provocantes, mais démontrent avec éloquence un manque total de compréhension parmi les représentants de Kiev de l'essence des negociations de paix sur le Donbass et du désir d'y participer de bonne foi.
Ainsi, le Chef du Ministère ukrainien des affaires étrangères, M. Kuleba, parle très ouvertement aux représentants de l'Allemagne, qui est l'un des pays garants des accords de Minsk, au sujet de la «position clé» de l'Ukraine concernant le refus d'un dialogue direct avec les représentants des Républiques. Dans le même temps, le Chef du bureau du Président ukrainien, M. Yermak, fait également référence aux instructions qui ont suivi le sommet des “Quatre-Normandie”, prétendument que la partie ukrainienne remplit tous les points indiqués dans le communiqué final. Cependant, de telles déclarations sont fondamentalement contraires à la réalité: après tout, dans les accords qui ont suivi la réunion des chefs de pays garants en décembre dernier, et dans le Complexe de mesures, et dans tous les autres documents du paquet de Minsk, il est clairement indiqué que les parties au conflit sont Kiev et Donbass, ce qui signifie c'est entre eux que le dialogue principal doit avoir lieu pour résoudre toutes les questions sans exception liées à la reprise de la vie pacifique.
En outre, nous entendons des déclarations de M. Yermak selon lesquelles les habitants de la République seraient des terroristes, ce qui signifie que Kiev s'entretiendra avec certains immigrants, qui seront choisis par les autorités ukrainiennes. Cependant, M. Yermak n'a pas expliqué comment ces personnes pouvaient représenter les intérêts de la population du Donbass, qui restait vivre de l'autre côté de la ligne de contact, et qui continuait de souffrir de l'agression des autorités de Kiev.
De plus: premièrement, aucune organisation internationale n'a reconnu la République comme organisation terroriste. Deuxièmement, pas Kiev, mais les Républiques, qui ont reçu un mandat de confiance de leurs résidents, doivent décider qui les représente à la principale plate-forme diplomatique de Minsk. Toute autre offre de l'Ukraine est absurde et ne mène nulle part.

Les déclarations des diplomates ukrainiens selon lesquelles pendant la visite ils ont "99% du temps" parlé de la sécurité dans le Donbass soulèvent également de nombreuses questions. Bien que tout le monde sache que le conflit ne peut être mené à bien sans résoudre d’abord les problèmes politiques et les problèmes qui ont créé ce conflit.
En ce qui concerne la sécurité, il est grand temps que les autorités ukrainiennes arrêtent de parler et prennent des mesures pratiques concrètes destinées à réduire l'escalade et à rapprocher la paix. Tout d'abord - se mettre d'accord sur le site de Minsk des mesures supplémentaires pour contrôler le cessez-le-feu, ainsi que de nouvelles zones de retrait de troupes. Mais, au lieu de cela, les représentants de l'Ukraine sabotent les discussions dans le cadre du Groupe de contact et passent du temps à créer l'illusion de leur implication dans les négociations de paix.
Une fois encore, nous exhortons les pays garants à percevoir les événements du Donbass de manière objective et globale, en tenant compte de la situation réelle, et non des histoires qui ne sont pas liées à la réalité qui sont présentées par Kiev. Et la réalité est que la partie ukrainienne fait non seulement tous les efforts pour se soustraire à ses obligations en vertu des accords de Minsk, mais continue également de mener des actions illégales contre les habitants du Donbass: pilonner notre territoire, couper l'eau et l'électricité, porte atteinte à nos droits et la liberté, et en même temps n'essaie pas de faire un pas réel vers la paix.