Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Kiev ne devrait pas appeler à la "modernisation des accords de Minsk", mais les mettre en œuvre dans leur forme actuelle

11 Janvier 2021
article image

Les représentants ukrainiens commencent la nouvelle année civile avec des déclarations ennuyeuses, concernant l'impossibilité présumée de mettre en œuvre les accords de Minsk dans leur forme actuelle.

Dans le même temps, des références sont utilisées comme arguments sur le fait que les accords de Minsk auraient expiré le 31 décembre 2015. De telles allégations suggèrent que les négociateurs ukrainiens ont lu de manière très inattentive la version actuelle du Paquet de mesures, car dans la version que nous connaissons, signée par les parties au conflit et les médiateurs, la date désignée est indiquée dans le contexte du calendrier pour un règlement politique, sous réserve de la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle. Kiev devrait vraiment s'inquiéter des dates du Paquet de mesures - mais pas du point de vue de l'expiration de sa "période de validité", mais parce que c'est à cause de la faute de l'Ukraine que tous les délais indiqués n'ont pas été respectés et que ni la réforme constitutionnelle ni le règlement politique plus complet n'ont pu se rapprocher.

En outre, l'évaluation que les autorités ukrainiennes donnent aux perspectives de mise en œuvre du Paquet de mesures est extrêmement cynique et détachée de la réalité: à leur avis, le principal facteur dans cette question est la nécessité de "convaincre la Russie d'accepter la version moderne des accords de Minsk ou une toute nouvelle forme de négociations". Ainsi, Kiev essaie non seulement de temps en temps de transférer la responsabilité du blocage du processus de négociation à quiconque, simplement de ne pas admettre sa propre culpabilité dans ce sabotage, mais s'engage également dans un oxymore ouvert, offrant de résoudre le problème du non-respect d'un document en le remplaçant par un autre. En ce sens, le paradoxe du chat de Schrödinger décrit de manière beaucoup plus colorée l'attitude de l'Ukraine à l'égard des accords de Minsk: elle s'y engage à la fois et en même temps ne les prend absolument pas en compte et propose de les réécrire.

Une fois encore, nous signalons aux représentants ukrainiens qu'il est totalement inutile d'appeler à la signature de nouveaux accords de paix ou à la modification des accords existants simplement parce que Kiev n'aime pas certains points du Paquet de mesures. Néanmoins, nous espérons toujours que cette année les autorités ukrainiennes réaliseront un fait simple: elles ne pourront pas se soustraire à leurs obligations au titre des actes approuvés par le Conseil de sécurité des Nations unies. Par conséquent, il vaut mieux ne pas perdre de temps sur des appels vides à la "modernisation des accords", mais commencer à travailler sur le fond, guidés par les documents du Paquet de Minsk déjà signés par les deux parties au conflit et reconnus par la communauté mondiale.