Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Kiev doit cesser de fausser l'essence des accords de Minsk - Natalia Nikonorova

25 Mai 2020
article image

Dans le cadre de l'un des talk-shows politiques de la télévision ukrainienne, le vice-Premier Ministre ukrainien Aleksey Reznikov, qui est également le chef adjoint de la délégation ukrainienne à Minsk, a littéralement déclaré que l'Ukraine n'allait pas appliquer les accords de Minsk sous leur forme actuelle. Pour nous, bien sûr, cette approche n'est pas nouvelle, car à chaque réunion du Groupe de contact, nous observons comment les délégués ukrainiens font tout pour s'éloigner de leurs obligations au titre de Complexe de mesures. Mais nous attirons l'attention de la communauté internationale, des pays garants des accords de Minsk et des médiateurs de l'OSCE sur ces déclarations du représentant officiel de l'Ukraine à Minsk. 
En outre, la rhétorique de M. Reznikov est très indicative: après avoir reconnu que l'Ukraine ne respectera pas les accords de Minsk, le vice-Premier Ministre ukrainien n'entend pas de tentatives constructives pour réfléchir à la manière de ramener néanmoins la paix dans le Donbass dans le cadre du plan diplomatique existant, mais une substitution franche des concepts et une distorsion de toute l'essence du processus de Minsk. Les causes du conflit dans le Donbass sont présentées comme si l'objectif principal de la population vivant ici était de tenir des élections locales, ce qui signifie qu'elles doivent avoir lieu le plus tôt possible, idéalement en octobre, en même temps que les élections en Ukraine. Un tel raisonnement démontre très clairement que la nouvelle direction ukrainienne ne comprend pas du tout les véritables causes du conflit qui a éclaté en raison du rejet des valeurs imposées par les autorités de Kiev et du désir des habitants du Donbass de vivre selon leurs propres règles. En conséquence, le conflit ne peut être résolu qu'en accordant au Donbass un statut spécial. La partie ukrainienne essaie de faire oublier à tout le monde cette exigence clé, qui est le fondement de tout le règlement politique, et présente la situation d'une manière fondamentalement erronée: nous aurions manifesté en 2014 parce que nous voulions organiser des élections locales.
Néanmoins, nous ne permettrons jamais aux responsables ukrainiens de fausser la réalité au nom de nos propres intérêts: un conflit ne pourra être résolu que lorsque Kiev commencera enfin à coordonner avec nous tous, sans exception, les aspects d'une nouvelle coexistence ecrits dans le Complexe de mesures. Par conséquent, si les autorités ukrainiennes souhaitent les élections locales dans le Donbass en octobre de cette année, alors en août elles devraient garantir le statut législatif du Donbass qui est constamment en vigueur et inscrit dans la Constitution, en coordonnant tous ses aspects politiques avec les représentants des Républiques, et non avec les certain migrants, choisis par les autorités  mais avec ceux qui ont vécu ici pendant toute la durée du conflit ont travaillé et souffert des bombardements ukrainiens. En outre, Kiev devrait garantir légalement la prévention des poursuites et des sanctions contre tous les participants aux événements du Donbass, comme le prévoit le paquet de mesures, et comme, incidemment, cela a été facilement fait par les autorités de Kiev en ce qui concerne les participants aux événements du Maidan. Ce n'est qu'après que la partie ukrainienne aura achevé ces étapes qu'il sera possible de commencer à discuter des paramètres pour la tenue des élections si souhaitables pour Kiev.
Nous exhortons les autorités ukrainiennes à ne pas dénaturer l'essence des accords de Minsk - cela n'aidera pas Kiev à regagner la confiance du Donbass. Seul un dialogue clair, transparent, ouvert et consciencieux avec les représentants directs de la deuxième partie du conflit - les Républiques - peut faire avancer réellement les negotiations de paix.