Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

KIEV AUGMENTE LE DEGRÉ DE CONFLIT DANS SES DÉCLARATIONS - NATALIA NIKONOROVA

29 Novembre 2021
article image

Le degré de conflit des représentants de l'Ukraine augmente de façon exponentielle : c'est exactement la conclusion à laquelle nous arrivons avec les prochains joyaux présentés dans les médias cette fois par M. Kostin, chef adjoint de la délégation ukrainienne à la site de Minsk.

Par exemple, Andrei Evgenievich, dans une interview à l'odieuse chaîne Dom TV, déplore que le projet de feuille de route pour la mise en œuvre du paquet de mesures "ne soit pas soutenu par la contrepartie négociatrice". Mais M. Kostin a oublié de mentionner que la version de ce document envoyé par Kiev contredit à 78% les accords de Minsk, comporte de nombreuses positions absurdes, et contient également dans son premier paragraphe une disposition sur le retour des troupes ukrainiennes à le Donbass vers leurs lieux de déploiement permanent. Compte tenu de tous ces détails, nous voudrions demander aux négociateurs ukrainiens : ne comprend-on vraiment pas pourquoi « vos vis-a-vis », comme vous appelez la République, sont contre le document que vous avez envoyé ?

Mais M. Kostin va encore plus loin et regrette dans son interview que ses vis-a-vis auraient "refusé de prendre une part active" à la discussion de la Feuille de route. Dans cet esprit, nous regrettons sincèrement que les négociations des Groupes de contact et de travail soient de nature fermée, car sinon tout le monde aurait la possibilité de comparer ce qui se passe réellement lors de ces réunions et les déclarations à ce sujet des responsables de Bankovaya - une telle comparaison montrerait très clairement que Kiev, dans ses activités médiatiques, n'hésite absolument pas à recourir au mensonge pur et simple. Décrivons brièvement comment la situation est dans la réalité : la proposition de créer une feuille de route est notre initiative, qui est apparue après que les autorités ukrainiennes ont adopté un certain nombre d'actes juridiques normatifs et ont ainsi bloqué toutes les possibilités d'un règlement politique. Nous avons envoyé notre projet de feuille de route en octobre 2020, mais jusqu'à présent, nous n'avons reçu aucun retour de la partie ukrainienne. Un mois plus tard, Kiev a envoyé sa propre version, qui contredisait aux trois quarts les accords de Minsk. Dans le même temps, nous avons soigneusement étudié ce document, envoyé nos commentaires et régulièrement exhorté la partie ukrainienne à commencer à travailler sur la suppression des divergences sur notre projet de feuille de route, ou au moins sur l'ajustement de notre version afin de la mettre en conformité avec les accords de Minsk. Mais les autorités ukrainiennes non seulement n'ont rien fait de constructif sur cette question, mais ont également lancé toute une campagne d'information dans les médias, au cours de laquelle elles ont activement dit à tout le monde que la Feuille de route était censément leur initiative et qu'elles étaient prêtes à tout pour arriver à la paix. Le chef adjoint de la délégation ukrainienne, M. Reznikov, avait adhéré à cette ligne il y a un an, et son successeur, M. Kostin, avait décidé de présenter exactement les mêmes thèses au public, espérant apparemment que son auditoire ne connaît pas la situation réelle, ou a déjà oublié les événements de 2020 et est prêt à réécouter le manuel de formation d'il y a un an.

Néanmoins, nous exhortons les négociateurs ukrainiens à ne pas compter sur la faible mémoire et la crédulité du public. Surtout quand le mensonge de Kiev est si manifestement «cousu de fil blanc». Il vaudrait mieux que le nouveau chef adjoint de la délégation ukrainienne travaille sur les erreurs de l'ancien représentant et au moins ne perde pas de temps sur l'absurdité qui a déjà été exprimée à plusieurs reprises, mais au maximum - réfléchissez encore à la manière constructive la situation déprimante sur la voie politique et, si l'Ukraine est néanmoins intéressée par un règlement, et non par son imitation, pour enfin commencer à coordonner avec les représentants des Républiques une feuille de route unique pour un règlement pacifique conformément aux accords de Minsk.