Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

KIEV NE DEVRAIT PAS APPELER À UNE AUTRE TREVE, MAIS REMPLIR IMMÉDIATEMENT - NATALIA NIKONOROVA

01 Avril 2021
article image

Le chef de la délégation ukrainienne sur le site de Minsk propose de convenir d'une sorte de "trêve pascale". Peut-être que M. Kravtchouk n'est pas au courant, car à ce moment-là, il n'était pas dans le processus de négociation, mais en fait, le 17 juillet 2019, des représentants de l'Ukraine et des Républiques ont convenu d'une trêve indéfinie, qui est entrée en vigueur le 22 juillet 2019. Mais Leonid Makarovich doit définitivement se souvenir de l'entrée en vigueur des mesures visant à renforcer le cessez-le-feu, puisque son prédécesseur Leonid Danilovich Kuchma a signé cet accord le 22 juillet 2020, juste avant que Kravtchouk prenne la relève en tant que chef négociateur.

Ainsi, il y a 8 mois, les paramètres et mesures nécessaires pour assurer une véritable trêve sur le terrain ont été précisés et convenus. Il vous suffit de les suivre. En conséquence, en appelant à s'entendre sur de nouvelles trêves, les représentants ukrainiens confirment directement qu'ils ne respectent pas l'accord conclu il y a 8 mois. De plus, ils essaient de faire reculer le processus de négociation à un moment où la trêve était conclue pour certains jours fériés et à d'autres dates et était de nature temporaire, ce qui, d'ailleurs, contredisait même le paragraphe 1 du paquet de mesures. En convenant d'un cessez-le-feu indéfini en juillet 2019 et en signant des mesures supplémentaires pour le renforcer en juillet 2020, cette contradiction a été éliminée. Maintenant, M. Kravchuk propose de le rendre.

Les Républiques respectent le cessez-le-feu et les mesures pour le renforcer. Les commandes correspondantes ont non seulement été émises, mais même publiées sur nos ressources. Notre position est honnête et ouverte. Mais l'Ukraine déforme et viole régulièrement tous les accords en la matière, et développe même une autopromotion dans les médias sur le thème des appels à la conclusion d'une autre trêve. Au lieu de cette volonté de hype à Kiev, il serait beaucoup plus utile et approprié de faire un vrai travail sur le site de Minsk et de se conformer simplement aux accords déjà conclus et signés.