Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Commentaire de Natalia Nikonorova concernant l'augmentation des bombardements par l'Ukraine

07 Mai 2020
article image

Les forces armées ukrainiennes ont de nouveau ouvert le feu sur des structures civiles. Aujourd'hui, à la suite du bombardement du village de Sakhanka, deux enfants et trois adultes ont été blessés par plusieurs éclats d'obus. Il s'agit du deuxième cas en une semaine où, à la suite d'une violation pénale du cessez-le-feu par l'Ukraine, des enfants et des civils innocents souffrent. Un cynisme particulier à ce crime est également donné par le fait que notre territoire est bombardé à la veille de l'anniversaire de la grande victoire sur le nazisme, qui en Ukraine est préférable de «célébrer» d'une manière aussi sanglante et monstrueuse.
À la prochaine réunion du Groupe de contact, nous avons l'intention de soulever la question du non-respect  par Kiev d'un cessez-le-feu illimité et des mesures supplémentaires convenues pour contrôler le cessez-le-feu. Pour la deuxième fois en quatre jours, des enfants et des civils souffrent du bombardement des forces armées ukrainiennes, mais nous ne sommes pas informés de poursuites contre les auteurs de cessez-le-feu par les forces armées ukrainiennes. Nous exhortons à cesser immédiatement des ordonnances de cessez-le-feu dans les zones résidentielles.
En outre, il est extrêmement surprenant pour nous que, au milieu des violations flagrantes du cessez-le-feu par l'Ukraine, les autorités de Kiev discutent activement dans les médias leur idée d'impliquer les immigrants qui ont quitté le Donbass, dans les négociations sur le site de Minsk. Il est important de comprendre: ces représentants seront nommés par le pouvoir exécutif de l'Ukraine et reflèteront son opinion dans les négociations.
Il est evident que les personnes vivant dans les villes sous contrôle ukrainien ne peuvent pas représenter le peuple de la République a Minsk, pour lequel les forces armées ukrainiennes ont régulièrement tiré depuis six ans maintenant, sans parler des autres tortures de Kiev: économique, transports et blocus social, atteinte aux droits et libertés, delais de salaires, etc. Ce mouvement PR des responsables ukrainiens est capable de ne faire que douter encore plus de leur bonne vision de ce qui se passe. En fait, les autorités ukrainiennes veulent se parler. Mais le conflit ne peut pas être résolu.
La situation est tendue et, pour commencer à apaiser les tensions, les dirigeants ukrainiens, au lieu du populisme, doivent, tout d'abord, contribuer immédiatement à un cessez-le-feu et mener une enquête approfondie sur tous les cas de violation du cessez-le-feu, notamment en punissant tous les responsables de crimes. Et, deuxièmement, Kiev n'a pas besoin de parler avec les immigrés, mais avec les représentants de la deuxième partie du conflit - les Républiques. Seul un dialogue direct, consciencieux et respectueux contribuera à rapprocher le règlement; toutes les autres notions des autorités de Kiev ne feront que contribuer à distancer davantage le Donbass.