article image

Commentaire du Ministre des Affaires Etrangères de DPR concernant les déclarations d’Andrey Yermak

Récemment, nous entendons de plus en plus les déclarations de la partie ukrainienne concernant l'intention de Kiev de réécrire les accords de Minsk. Déclarations d'hier de l'assistant du Président ukrainien de la même série, qui ne peint pas du tout M. Yermak, car il est le représentant officiel de l'État ukrainien au niveau des conseillers au format Normand. Il semblerait qu'une personne qui rencontre régulièrement avec ses collègues de Russie, d'Allemagne et de France pour discuter la situation avec la mise en œuvre des accords de Minsk devrait savoir que le Complexe de mesures a été approuvé par le Conseil de Sécurité de l'ONU. En outre, le Président de l'Ukraine a confirmé ses obligations à ce document lors de la réunion de décembre des Présidents des pays de «Quatuor de Normandie». En conséquence, M. Yermak, ainsi que tous les dirigeants ukrainiens, devront accepter que toute révision des accords de Minsk ne soit ni possible ni opportune.

Nous conseillons aux autorités ukrainiennes d'organiser dans la capitale une séance publique pour la lecture conjointe du texte du Complexe de mesures pour tous ceux qui aiment commenter le processus de Minsk, mais qui, malheureusement, y sont encore peu familiarisés. Cela aidera peut-être M. Yermak et ses collègues commentateurs à comprendre par eux-mêmes la séquence des points de ce document. Nous vous rappelons encore une fois: les élections locales au Donbass ne peuvent avoir lieu qu'après que tous les aspects juridiques du statut spécial ont été élaborés et convenus avec les représentants de la République sur une base continue. Il s'agit notamment de débloquer la loi sur le statut spécial du Donbass en mettant en œuvre la formule Steinmeier, sur l'élaboration des actes et accords issus de cette loi, ainsi que sur la fixation du statut spécial dans la Constitution. Toutes ces dispositions sont inscrites au paragraphe 11 du Complexe de mesures, qui a été signé par les deux parties du conflit - Kiev et la République. Ce document est également confirmé par les dirigeants de «Quatuor de Normandie», dont et M. Zelensky.

Nous n’avons rien contre les illusions de M. Yermak selon lesquelles l’Ukraine parviendra à coordonner avec nous tous les aspects juridiques de statut spécial jusqu’à l’octobre. Cependant, il est difficile pour nous d'imaginer comment les représentants ukrainiens réussiront, car maintenant Kiev n'a même pas fait une seule tentative pour commencer à travailler sur l'intégration de la formule Steinmeier dans la législation ukrainienne, et c'est, en fait, la première étape du travail qui doit être fait avant de parler des élections anticipées.