Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Commentaire du chef du Ministère des affaires étrangères de DPR sur les déclarations d'Andrey Yermak sur l'échange de détenus

07 Août 2020
article image

Récemment, les autorités ukrainiennes ont fait de nombreuses déclarations différentes sur le déroulement du processus de Minsk, mais elles sont toutes unies par un décalage important avec la véritable situation à la plate-forme de négociation de Minsk.
Ainsi, le chef du Bureau du président ukrainien exprime l'espoir d'un échange rapide de détenus. Cependant, M. Yermak perd complètement de vue le fait qu’à l’heure actuelle, même les échanges qui ont eu lieu en décembre et avril de l’année dernière ne peuvent pas être considérés comme complètement achevés. Kiev n'a pas rempli la condition la plus importante - un nettoyage procédural complet des personnes libérées, et sans cela, ces personnes continuent d'être poursuivies pénalement par l'Ukraine, leurs droits et libertés n'ont pas été pleinement rétablis.
En outre, nous avons eu de nombreuses occasions d'être convaincus de l'injustice de la part de la partie ukrainienne du processus d'approbation des listes et du nombre de provocations délibérées que Kiev mène pendant les négociations. Par exemple, nous sommes confrontés à une situation dans laquelle des représentants ukrainiens incluent dans les listes de personnes actuellement sur la liste des personnes recherchées, bien qu'elles ne puissent en aucun cas être échangées. Dans le même temps, l'inclusion dans les listes des citoyens qui devraient vraiment y figurer est très sélective: les négociateurs ukrainiens inventent certaines catégories de personnes qui se seraient vu refuser l'échange, bien qu'une formule simple et compréhensible soit clairement énoncée dans le paquet de mesures - l'échange devrait être effectué selon la formule " tout pour tous."
Nous exhortons les dirigeants ukrainiens à se concentrer non pas sur une volonté ostentatoire de procéder à un échange, mais sur un travail réel dans ce sens, car ce n'est que grâce à un dialogue de fond avec nous conformément à la lettre des accords de Minsk qu'il est possible de réellement faire progresser une question humanitaire aussi importante que le retour des citoyens détenus chez eux, en tenant compte restauration complète de tous leurs droits.