Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Commentaire de Natalia Nikonorova sur les déclarations du chef du bureau du président de l'Ukraine

14 Septembre 2020
article image

Les responsables ukrainiens, en particulier ceux qui dirigent le bureau du Président ukrainien, continuent de faire des déclarations qui ne peuvent être qualifiées que de tremblements d’air insensés. Nous entendons des déclarations dans les médias concernant certaines listes constituées pour l'échange de détenus, cependant, là où Kiev a vraiment besoin de parler en substance, à savoir à la plate-forme de Minsk, les représentants ukrainiens ne font pas des déclarations aussi audacieuses. Au contraire, dans le cadre des négociations du groupe de contact, il nous est très difficile d'obtenir du côté ukrainien des mesures intelligibles pour préparer réellement un échange, non pas en paroles, mais en realite.

Rappelons au moins qu'en raison de la faute de Kiev, les deux précédents échanges ne peuvent toujours pas être considérés comme pleinement achevés, car nous n'avons pas reçu de documents confirmant la mise en œuvre du nettoyage procédural de la part des représentants ukrainiens. Il s'agit d'une violation flagrante non seulement des accords conclus sur le site de Minsk, mais également des droits et libertés des citoyens. Par conséquent, il n'est ni possible ni opportun de procéder à un nouvel échange sans remplir pleinement toutes les formalités nécessaires pour les échanges déjà passés.

De plus, il faut également tenir compte du fait que Kiev n’a toujours pas annulé la résolution de la Verkhovna Rada sur les élections locales, dont le paragraphe 4 est contraire aux accords de Minsk. Bien que nous indiquions régulièrement, littéralement dans tous les cas de communication au sein du Groupe de contact, aux représentants de l'Ukraine notre position de principe: sans annuler ou modifier cette résolution pour éliminer les contradictions avec les accords de Minsk, il est impossible de progresser dans tout domaine de travail conformément à ces mêmes accords de Minsk.

Ainsi, si les dirigeants ukrainiens veulent vraiment non seulement déclarer, mais en fait rapprocher l'échange de détenus, nous recommandons, d'une part, de mettre enfin en œuvre notre demande d'abolir les actes du parlement ukrainien qui violent le Complexe de mesures et, d'autre part, de respecter des obligations pour l'achèvement complet des échanges qui ont déjà eu lieu.

Quant aux déclarations sur la conclusion d'un accord sur l'admission du Comité international de la Croix-Rouge sur le territoire de la République, alors nous sommes obligés de déclarer soit une amnésie, soit une méconnaissance insuffisante du chef du bureau du président ukrainien, puisque cette organisation internationale opère en DPR depuis plus de 6 ans.