Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Commentaire de Natalia Nikonorova concernant les dernières déclarations des autorités ukrainiennes sur l'avenir du processus

18 Février 2020
article image

  Les autorités ukrainiennes tentent à nouveau de remplacer le contenu de leurs   obligations politiques, en changeant complètement leur sens. L'initiative du ministre des affaires intérieures Avakov concernant l'intention d'adopter une certaine «loi sur les collaborateurs», qui implique le filtrage de la population et des poursuites pénales pour une bonne partie de celle-ci, est complètement dissociée de la réalité. Ce mécanisme est totalement contraire à la logique et au sens de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui a approuvé les accords de Minsk comme contraignants. Selon le point 5 du Complexe de mesures, l'Ukraine s'est engagée à accorder l'amnistie à tous les participants aux événements de 2014. L'égalité directe entre cette loi et la loi d'amnistie est le comble de l'hypocrisie.

Les déclarations des dirigeants ukrainiens concernant les patrouilles conjointes soulèvent également un certain nombre de questions. Avakov affirme l'impossibilité de patrouiller conjointement avec la police populaire, tandis que le chef du Ministère ukrainien des affaires étrangères dit que tôt ou tard, cela devra venir. Tel disaccord est extrêmement révélatrice et soulève la question - la partie ukrainienne peut-elle être considérée comme un partenaire de négociation fiable dans de telles conditions? Sans parler du fait que tous ces plans sont proposés unilatéralement, sans coordination avec les représentants des Républiques, ce qui, bien entendu, les prive a priori de sens. Les autorités de Kiev auraient dû décider entre elles de leur position, et mieux encore - de relire le Paquet de mesures, qui stipule que la police publique locale devrait être engagée dans le maintien de l'ordre public dans le Donbass.

De telles déclarations des autorites ukrainiennes confirment notre sentiment que le nouveau régime n'a malheureusement pas apporté de nouvelles approches à un règlement pacifique. Kiev démontre une incompréhension absolue du fait que la crise du processus de négociation est prevu au rejet du dialogue direct avec les Républiques en faveur de telles initiatives provocatrices. Les autorités ukrainiennes perdent du temps à ignorer l'appel des médiateurs internationaux à approfondir les travaux en vue d'un règlement politique. Ayant reçu des directives claires pour l'action dans tous les domaines d'un règlement pacifique, en particulier sur les aspects politiques, la partie ukrainienne n'a encore mis en œuvre aucun d'entre eux. Ainsi, l'Ukraine démontre une fois de plus qu'en tant que partenaire international fiable, elle est faible et intenable.