Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Commentaire de Natalia Nikonorova sur les récentes déclarations de Leonid Kravchuk sur le processus de Minsk

20 Février 2021
article image

La déclaration du chef de la délégation ukrainienne à Minsk démontre une fois de plus qu'au cours des sept années écoulées depuis le début du conflit, la rhétorique de la partie ukrainienne n'a pas progressé d'un iota. Les tentatives sans fondement de ne pas reconnaître la République comme partie au conflit sont devenues une fausse carte préférée que Kiev essaie de jouer à chaque occasion.

Si les négociateurs ukrainiens avaient entamé un dialogue direct avec les Républiques, le conflit aurait pu être réglé depuis longtemps. Mais il est évident que les autorités de Kiev sont plus rentables pour poursuivre l'imaginaire "guerre avec la Russie" - pendant ces sept années, elles n'ont pas fourni un seul document désignant la Russie comme partie au conflit. M. Kravchuk se réfère uniquement aux «paroles de certains membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU», qui ont évidemment plus de poids pour lui que les obligations juridiques internationales. Comme la résolution n ° 2202, qui oblige à coordonner toutes les étapes d'un règlement politique avec les Républiques.

Malgré ce comportement de l'Ukraine, nous tentons de résoudre pacifiquement le conflit, ce à quoi se consacre notre proposition de Forum scientifique et pratique, consacre a l'anniversaire des accords de Minsk. Nous avons été assez surpris lorsque Kravchuk s'est vivement prononcé contre cette idée. Maintenant, dans ses déclarations, il ne se souvient même pas de cette proposition. Mais il se souvient activement de la dernière conférence scientifique "Donbass russe", la qualifiant de "violation des accords de Minsk".

De cela, nous concluons que, très probablement, Kravchuk pense avoir trouvé une raison commode pour annoncer le retrait de l'Ukraine du processus de Minsk. Mais en fait, la raison - la conférence scientifique que nous avons organisée - est ridicule. Nous avons parfaitement le droit à une coopération transfrontalière avec la Russie, conformément au paragraphe 11 du Paquet de mesures. Étant donné que Kiev n’est pas prêt à appliquer ses dispositions, nous le faisons nous-mêmes, dans le plein respect des obligations que nous avons assumées, ainsi que des aspirations de notre peuple.

Par la faute des autorités ukrainiennes, nous avons déjà perdu trop de temps et, avec elle, des vies humaines. Nous les exhortons à réfléchir attentivement aux conséquences possibles de la tentative de perturber les accords signés. Nous recommandons également de reconsidérer la position sur la participation au Forum scientifique sur la mise en œuvre de Minsk. Nous offrons une réelle chance de donner une nouvelle dynamique au processus de négociation. Nous espérons que l’Ukraine ne la manquera pas.