Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Commentaire de Natalia Nikonorova sur les dernières déclarations des représentants ukrainiens au Groupe de contact

05 Août 2020
article image

Au cours de la semaine écoulée, les représentants de Kiev au sein du Groupe de contact ont fait de nombreux commentaires, dont chacun comprenait les mots «compromis» et «lignes rouges». Mais la manière dont ils interprètent ces «compromis» et ces «lignes rouges» n'a rien à voir avec les documents signés à Minsk. Tout d'abord, tous les participants de la délégation ukrainienne - nouveaux et anciens - devraient lire attentivement les documents sur lesquels ils vont travailler. Toutes les étapes de compromis nécessaires sont déjà décrites dans le Complexe de mesures.
Kravtchouk suggère de rechercher de nouveaux compromis, impliquant une révision des accords précédemment conclus. Au lieu de travailler à consolider le statut particulier du Donbass, on nous propose une sorte de «régime spécial de gestion» et de rappeler les anciens décrets sur la «zone économique libre pour attirer les investissements». À cet égard, les propos de Leonid Kravtchouk selon lesquels il ne comprendrait pas comment la formule Steinmeier peut être mise en œuvre dans la législation ukrainienne sont également alarmants. En tant que chef de la délégation, il ne peut manquer de savoir que le Groupe de contact s'est déjà mis d'accord sur la manière dont il devrait être adopté, comment sa formulation doit sonner et dans quelle partie de la loi sur le statut spécial du Donbass elle doit être appliquée. Nous avons répété à plusieurs fois que cette formule en elle-même est un compromis pour la coexistence pacifique de l’Ukraine et du Donbass, car en raison de l’irresponsabilité de l’Ukraine, toutes les échéances pour l’entrée en vigueur de la loi sur une base permanente ont été manquées. Nous espérons que M. Kravtchouk ne commencera pas ses activités par une tentative de niveler les accords conclus avec une telle difficulté au sein du Groupe de contact sous son prédécesseur.
La mise en œuvre de Complexe de mesures est le seul moyen de revenir à la coexistence pacifique de l'Ukraine et du Donbass. Et à cet égard, la plus grande préoccupation est causée par le refus de Kravtchouk de discuter des amendements à la Constitution de l'Ukraine, car il est prétendument impossible d'introduire des «questions temporaires» dans la loi principale. Nous ne pouvons que conseiller à Leonid Makarovich de relire le document approuvé par la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU et la formule de Steinmeier afin de comprendre les enjeux. À savoir, à propos de notre propre ligne rouge - la nature permanente de la législation sur le statut spécial du Donbass, sans laquelle tous les autres accords ne peuvent avoir un effet stable. Les travaux dans ce sens démontreront le plus clairement la volonté de Kiev de faire des compromis.