Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Le 30 avril, une vidéoconférence des Ministres des affaires étrangères des pays garants des accords de Minsk a eu lieu.

30 Avril 2020
article image

Le fait de la vidéoconférence des chefs des Ministeres des affaires étrangères des quatre pays normands, même dans des termes extrêmement comliques lies à la lutte contre l'infection à coronavirus, témoigne de la compréhension par ces États de la grande importance de résoudre le conflit dans le Donbass et de leur disposition à faire tout leur possible dans cette question. Il convient de noter que, pour autant que la communication finale des participants avec les médias puisse être jugée, cette réunion s'est tenue dans le même sens que les réunions du Groupe de contact: des représentants de l'Ukraine à Minsk et au format normand font tout pour refuser leurs obligations et corriger l’essence du Complexe de mesures. Cependant, une telle position de l'Ukraine ne peut être a priori couronnée de succès, car tous les autres pays garants des accords de Minsk sont bien conscients de leur signification et exhortent la partie ukrainienne à ne pas retarder le processus de négociation et à ne pas perdre un temps précieux, mais à commencer enfin à mettre en œuvre en détail tous les arrangements.
En particulier on salue que la réunion a réaffirmé l’importance de respecter tous les paragraphes du communiqué, sans exception, à la suite de la réunion des chefs des  pays de “Quautoir de Normandie”. Dans le même temps, il a été indiqué que jusqu'à présent, un seul des neuf points était achevé - sur l'échange de personnes détenues, et même alors seulement partiellement. À cet égard, nous appuyons l'appel à l'accomplissement consciencieux par la partie ukrainienne de toutes les autres obligations. En particulier, cela devrait concerner les obligations politiques. Il a été enregistré que les principaux points de l'agenda politique restent le statut spécial du Donbass et sa consolidation dans la Constitution. Il est également encourageant de constater que l'Ukraine a été invitée à respecter ses obligations, notamment en convenant de mesures supplémentaires pour contrôler le cessez-le-feu, au cours de la discussion desquelles les représentants de Kiev tentent régulièrement de détourner la discussion dans une direction non constructive.
En outre, nous considérons comme un signal positif que les participants à la réunion ont souligné l'importance de la mise en œuvre des points socio-économiques du paquet de mesures.
Dans le même temps, la partie ukrainienne, même lors d'une réunion d'un tel niveau, n'a pas hésité à répéter son histoire préférée sur le fait que Kiev ne peut pas parler avec le Donbass, car il serait représenté par des membres de "groupes illégaux". Je voudrais ici rappeler aux responsables ukrainiens que les signatures des représentants de l'Ukraine et des représentants des Républiques se trouvent côte à côte sur plusieurs documents du paquet de Minsk, y compris ceux qui ont été approuvés par le Conseil de sécurité de l’ONU. Sans parler du fait que nous nous rencontrons et discutons directement depuis plus de 5 ans au sein de la plate-forme de Minsk, ce qui signifie qu'il est grand temps pour Kiev de se réconcilier avec le fait que tous les pays garants, y compris l'Ukraine, ont en fait reconnu notre subjectivité et notre plein droit de participer à négociations sur l'avenir du Donbass.
Nous recommandons à la partie ukrainienne d'entamer enfin un dialogue  clair et ouvert avec nous pendant des réunions du Groupe de contact, au moins afin de présenter à la prochaine réunion dans le "format normand" les résultats réels et productifs d'un travail commun, plutôt que des excuses douteuses pour ne pas s'acquitter de leurs obligations au titre des Accords de Minsk.