Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Déclaration de Natalia Nikonorova concernant la perturbation de l'inspection conjointe à la faute de Kiev

10 Septembre 2020
article image

Les représentants ukrainiens continuent de se discréditer en tant que partenaires de négociation, et le fait de ne pas procéder aujourd'hui à une inspection conjointe est une autre preuve de l'incapacité de Kiev à négocier.
Rappelons qu'hier, lors d'une réunion du Groupe de contact, un accord a été conclu pour mener une inspection conjointe des représentants de la DPR et de l'Ukraine au sein du CCCC, ce qui, d'ailleurs, a été confirmé  dans le communiqué officiel du Bureau du Président ukrainien. Néanmoins, aujourd'hui, cet accord a été annule par Kiev, et des arguments absolument ridicules ont été utilisés comme excuse. Ainsi, les représentants ukrainiens ont exprimé l'obligation de présenter un test négatif pour le coronavirus, un passeport de l'Ukraine ou de la Fédération de Russie, et également de supprimer l'abréviation et les symboles du DPR des uniformes et des cartes d’identification.
De telles demandes ne sont pas simplement absurdes, elles ont été exprimées littéralement une demi-heure avant le début de l’inspection, tandis qu’hier à la réunion du Groupe de contact, lorsque les détails de l’inspection conjointe ont été discutés, rien de ce genre n’a même été mentionné.
Néanmoins, quelle que soit la manière dont la partie ukrainienne tente de dissimuler son refus de procéder à une inspection avec des raisons prétendument motivées, il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une rupture directe de l'accord uniquement par la faute de Kiev. Dans le même temps, la vraie raison de ce comportement destructeur est bien connue de nous - les formations armées ukrainiennes ont vraiment violé des mesures supplémentaires en ce qui concerne l'emplacement des fortifications et des structures dans la zone de village Shoumy, par conséquent, les dirigeants ukrainiens essaient de toutes leurs forces de cacher cet état de fait et d'empêcher un contrôle objectif de ses positions. Aujourd'hui, cela a été confirmé une fois de plus, lorsque le chef de la représentation de la DPR au sein du CCCC a été directement informé qu'en aucun cas il ne serait autorisé à entrer dans la zone même où nous avions précédemment enregistré des violations.
Néanmoins, nous recommandons aux représentants ukrainiens de ne pas compter sur le fait qu'ils s'en tireront avec de telles astuces - Kiev devra assumer la responsabilité du sabotage des accords de paix, d'ailleurs, y compris au niveau du format Normand.