Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

RÉSULTATS DE LA RÉUNION DU GROUPE POLITIQUE (16 décembre)

16 Décembre 2020
article image

La réunion finale du Groupe de contact de cette année sur les questions politiques n'a pas apporté de changements positifs et a une fois de plus révélé l'approche destructrice de Kiev en matière de règlement politique.
«La partie ukrainienne n'a pas été en mesure de fournir ses commentaires sur notre version de la carte de route, renvoyée le 9 octobre 2020, depuis plus de deux mois. Dans le même temps, il est tout simplement impossible d'accepter pour discussion le projet qui a été soumis par l'Ukraine: comme nous l'avons déjà noté à plusieurs fois, ce document est presque à 80% contraire aux accords de Minsk. À cet égard, nous avons à nouveau formulé une proposition sur la manière de sortir de la situation actuelle: en l'absence de commentaires et d'objections, accepter notre projet de carte de route et commencer sa mise en œuvre.
Cependant, malheureusement, les coordinateurs de l'OSCE ont exprimé une position assez vague sur cette question - la nécessité de discuter d'autres points si nous ne sommes pas d'accord sur ceux-ci. La question se pose: comment pouvons-nous éliminer les désaccords, si nous n'avons même pas décidé de ce qu'ils sont exactement, puisque Kiev refuse d'examiner nos propositions écrites.
Ce comportement de la part des coordinateurs de l'OSCE nous inquiète et nous laisse perplexe, car il est évident que le statut de médiateur oblige à ne pas interférer avec la communication des parties, et plus encore à ne prendre la position d'aucune des parties, mais à faciliter le dialogue autant que possible », a déclaré Natalia Nikonorova.
Dans la situation actuelle, l'appel du chef de la délégation ukrainienne à "mettre fin à la conversation infructueuse" semblait particulièrement cynique. Rappelons aux représentants ukrainiens que les discussions sur un règlement politique ces derniers mois sont restées infructueuses uniquement à cause de la position absolument improductive de Kiev, qui n'a absolument rien fait pour donner un travail constructif sur la voie politique.
La compréhension des conditions dans lesquelles Kiev envisage de mettre en œuvre un règlement politique global fait encore défaut. La délégation ukrainienne refuse même d'exprimer ces paramètres, mettant en avant des conditions supplémentaires. Dans ces circonstances, un dialogue constructif est hors de question.
Si nos vis-a-vis insistent sur cette logique, les Républiques ont tout à fait le droit de prendre des mesures symétriques: inviter la partie ukrainienne à désarmer, s'éloigner de la ligne de contact, retirer toutes les troupes étrangères et mercenaires, puis, peut-être, nous exprimerons comment nous voulons coexister avec Kiev. Cependant, la question de savoir si cela contribuera au règlement du conflit est une question rhétorique. Malheureusement, c'est sur cette question que s'achève l'année de négociation, au lieu de la mise en œuvre du Paquet de mesures et de la mise en œuvre des résultats du sommet des dirigeants à Paris.