Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

RÉSULTATS DE LA RÉUNION DU GROUPE DE SÉCURITÉ (21 janvier)

21 Janvier 2021
article image

La première réunion du Groupe de contact en 2021 sur les questions politiques s'est malheureusement déroulée de manière destructrice.

«Au lieu de se lancer enfin dans des activités pour débloquer le travail sur la voie politique, les représentants ukrainiens font tout leur possible pour aggraver encore la stagnation déjà extrêmement profonde du processus de négociation. Depuis plus de trois mois, nous attendons des réponses à notre projet de carte de route. Mais la partie ukrainienne, à en juger par les déclarations faites aujourd'hui, n'a toujours pas trouvé le temps même de se familiariser avec le texte du document que nous avons envoyé, et encore moins de préparer quelques commentaires et réactions », a déclaré Natalia Nikonorova.

Mais les négociateurs ukrainiens trouvent le temps de soumettre d'autres propositions et documents au format Normand. Malgré nos questions répétées à ce sujet, nous n’avons pas reçu de réponse des représentants ukrainiens quant à savoir quel document reflète néanmoins la position officielle de l’Ukraine et quel document doit être travaillé sur le site de Minsk.

«De plus, nous avons entendu des appels de M. Kravtchouk à attendre les résultats de la réunion de demain des conseillers des dirigeants de Normansie Quatre et à commencer à travailler sur la carte de route. Mais ces appels à «attendre les résultats» ne sont, en fait, rien de plus qu'une autre preuve de la réticence de Kiev à travailler de manière substantielle et constructive sur un véritable règlement politique. Car, une fois de plus, nous vous rappelons qu’un tel règlement ne peut être obtenu qu’au format de Minsk, dans lequel les parties au conflit - Kiev et Donbass - ont la possibilité de communiquer et de coordonner directement les problèmes.

En outre, nous avons une proposition absolument transparente et compréhensible: commencer à discuter du projet de Républiques, car il n’y a pas eu d’objection de la part de l’Ukraine ou des médiateurs en la personne de l’OSCE et de la Fédération de Russie. Cependant, cette idée simple et logique a été rejetée par la partie ukrainienne pendant plusieurs séances sans un seul argument intelligible.

Dans une telle situation, nous avons déclaré qu'à l'heure actuelle, l'Ukraine n'a que deux options: soit commencer à travailler avec nous sur la carte de route, en tenant compte et sur la base du projet que nous avons proposé, en pleine conformité avec les accords de Minsk, soit retirer sa signature au titre des mesures complexes », - a souligné le Plénipotentiaire de la DPR.