Ministère des Affaires Etrangères
de la République Populaire de Donetsk

Attaché de presse de la délégation de la DPR au sein du Groupe de contact à propos des déclarations d'Aleksey Arestovich

22 Janvier 2021
article image

En réponse aux "problèmes d'obtention de résultats dans les négociations" relevés par le chef de la délégation ukrainienne dans le processus de négociation, je voudrais clarifier des faits essentiels.
Premièrement, le texte du paquet de mesures pour la mise en œuvre des accords de Minsk est un accord formel approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU. La décision du Conseil de sécurité des Nations unies conformément à l'article 25 de la charte des Nations unies impose à l'Ukraine l'obligation de mettre en œuvre cet accord. Par conséquent, le "caractère volontaire" a pris fin au moment de la signature de paquet de mesures par le représentant de l'Ukraine. La seule chose qui peut rendre la mise en œuvre de ce document facultative pour l'Ukraine est le retrait officiel de sa signature avec toutes les conséquences qui en découlent. Nous espérons que Kiev ne fera pas un pas aussi fou.
Deuxièmement, c'est précisément pour tenir compte de la «souveraineté constitutionnelle» de la Verkhovna Rada dans le cadre du projet de plan d'action (carte de route) que nous avons préparé qu'une clause a été prévue pour l'approbation de la carte de route convenue par assurer la mise en œuvre de tous les accords conclus sur la mise en œuvre des accords de Minsk sans violer la «souveraineté constitutionnelle du parlement».
Il est particulièrement remarquable et curieux que ce point particulier de notre projet de plan d’action soit particulièrement ignoré avec zèle et tente d ’«enterer” la délégation ukrainienne, qui, d’ailleurs, comprend les chefs des comités de la Verkhovna Rada.
Troisièmement: le conflit entre l'Ukraine et le Donbass dure depuis un peu plus de 6 ans, ce qui, dans le cadre de l'histoire mondiale, peut difficilement être qualifié de «confrontation de longue date». En même temps, nous nous souvenons parfaitement des bombardements et des raids aériens de l'armée ukrainienne sur les villes pacifiques du Donbass.
Les dispositions du paquet de mesures visent à résoudre ce conflit et non à conclure une sorte d '«accord de paix entre l'Ukraine et la Fédération de Russie». Ce document indique clairement que les parties au conflit sont Kiev et Donbass et que les questions de règlement doivent être réglées par eux. C'est sous ce texte que figurent les signatures des représentants ukrainiens.
Monsieur Arestovich, avant de parler des accords de Minsk, devrait d'abord étudier en profondeur leurs points. Étonnamment, il ne l'a toujours pas fait. Par conséquent, pour le moment, tous ses jugements sont les pensées d'un amateur et tente de substituer des concepts.